Football

Pochettino et la Ligue des Champions : la belle histoire s’arrête là

Le 27 mai 2014, Mauricio Pochettino devient l’entraîneur de Tottenham. Après des passages à l’Espanyol Barcelone et à Southampton, l’ancien joueur du PSG prend les rênes de la mythique équipe anglaise. 5 ans et demi plus tard, l’Argentin est démis de ses fonctions mais semble avoir réussi son mandat chez les Spurs. Néanmoins, il paye un début de saison compliqué combiné à une relation tendue avec sa direction. Retour sur le passage de Mauricio Pochettino chez les Spurs, un passage marqué par une relation particulière avec la Ligue des Champions.

Le paradoxe Tottenham

« C’est terminé ! Tottenham réalise le plus bel exploit de son histoire ! C’est historique, les Spurs disputeront leur première finale de Ligue des Champions ! » Le 8 mai 2019, Pochettino fait vibrer l’Europe entière. Son club vient de battre l’Ajax Amsterdam, après avoir sorti le City de Guardiola. 2 exploits pour une première finale européenne. L’histoire est belle pour celui qui a récupéré un club incapable de finir sur le podium de la Premier League depuis 1990. Après avoir réussi à pérenniser le club dans le Top Five, Mauricio Pochettino a mis du temps à confirmer sur la scène européenne. Le paradoxe est là : brillant en Angleterre, décevant en Ligue des Champions. Faste vice-champion 2017, les Spurs terminent à une terne 3ème place en phase de poules de Ligue des Champions. Certains joueurs semblent tenir le gouvernail de l’équipe et s’affirment en véritables cadres. Capitaine, Hugo Lloris tient les cages d’une main de maître. Devant, Harry Kane enfile les buts, avec derrière lui un Cristian Eriksen qui s’impose comme l’un des meilleurs milieux de terrain d’Angleterre. Néanmoins, la saison 2017-2018 est très certainement un tournant pour la bande d’Hugo Lloris…

L’exploit de Wembley

Avec un groupe composé du Borussia Dortmund et du double tenant du titre, le Real Madrid, peu voyaient Tottenham s’extirper de leur groupe. Pourtant, les Spurs réalisent l’exploit de battre la bande à Zizou à Wembley. Oui, oui, mettre 3-1 à CR7, Benzema, Marcelo and co, ceux qui roulaient sur l’Europe, c’était possible. Pochettino l’a fait. Éliminé en 8ème par la Juve, Harry Kane et ses coéquipiers ont enfin montré qu’ils étaient capables de s’extirper des phases de poule et peuvent à présent espérer mieux…

Les Spurs de Pochettino avaient frappé fort en battant 3-1 le Real de Zidane
Crédits photos : Getty Images

L’épopée de 2019

Sorti in extremis d’une poule de la mort constituée du Barça, de l’Inter et du PSV Eindhoven, les Anglais font forte impression face au Borussia Dortmund de Lucien Favre. 3-0 à la maison, 1-0 outre-Rhin, et voilà les Spurs en quarts de finale face au rouleau compresseur Manchester City. Après une victoire 1-0 à l’aller chez eux, le match retour entrera dans la légende de la plus belle des compétitions. Prenez un début de match complètement fou (3-2 dès la 20ème minute), rajoutez la perf’ XXL de Son, un Lloris des grands soirs et une VAR cruelle et vous envoyez Tottenham disputer sa première demi-finale de Ligue des Champions depuis 1962. « Le moment le plus important de ma carrière » dira plus tard le coach des Spurs.

Et puis, que dire de la demi-finale alors ? Défait 1-0 chez eux, les Anglais sont très vite dépassés par la fluidité et la vitesse de l’Ajax qui rajoute deux pions dès la première période du match retour. Avant que l’inattendu Lucas frappe. Le Brésilien claque un triplé, pour envoyer son équipe en finale de la Ligue des Champions. Une épopée extraordinaire pour une édition de la Ligue des Champions qui aura marqué les esprits. Mauricio Pochettino aussi a marqué les esprits et, malgré la défaite en finale, fait désormais partie des grands entraîneurs. Un 4-2-3-1 articulé autour de Dele Alli, soutenu par une solide paire de récupérateurs Sissoko- Wanyama, associé à des ailiers de haut niveau (Son à gauche, Eriksen à droite). Rajoutez à cela l’un des meilleurs 9 du monde et une défense solide et vous avez face à vous le Tottenham de Mauricio Pochettino. Pas mal pour l’Argentin qui peut désormais espérer rebondir un peu partout en Europe…

Et maintenant ?

Mauricio Pochettino sur le marché, de nombreux entraîneurs en place ne vont pas apprécier. Ernesto Valverde (Barcelone) est sur la sellette, Ole Gunnar Solskjaer n’est pas mieux loti, sans oublier Hans Flick nouvel entraîneur du Bayern qui ne devrait sûrement pas rester longtemps sur le banc munichois. L’Argentin a les épaules pour coacher les équipes du haut du panier et ne devrait pas rester longtemps au chômage…

Crédits photos : Getty Images
Matthieu Heyman

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :