Non classé

Pourquoi faut-il croire au redressement des Bleus ?

Même si cette Coupe du Monde s’est achevée de manière extrêmement frustrante pour les Bleus avec cette défaite d’un point contre les Pays de Galles, il y a pourtant de vrais motifs d’espoirs.

 Si on nous avait dit que les Français sortiraient de poule, et ne perdraient que d’un point contre des Gallois, qui sortent d’un Grand Chelem dans le tournoi des VI nations, la plupart des supporters auraient signé tout de suite. Le XV de France partait de très loin, et a finalement plutôt bien résisté aux assauts des Argentins et des Gallois. Cela fait plutôt augure de bonnes nouvelles pour les prochains tournois et surtout pour la Coupe du Monde en 2023.

Mais que faut-il faire pour que l’équipe de France joue le titre dans 4 ans ?

Intégrer les jeunes

Les Français ont la chance de posséder un très bon vivier de jeunes et une série de champions du monde en moins de 20 ans sur lesquels il va falloir s’appuyer. Romain Ntamack est déjà un futur cadre et Demba Bamba ainsi que Pierre Louis Barassi ont déjà humé l’odeur de la sélection.  Mais il y en a d’autres : Louis Carbonel ou Jordan Joseph par exemple. Leur réussite au plus haut niveau est essentielle pour que les Bleus puissent récupérer des membres d’une génération vraiment prometteuse.
Sans même parler des champions du monde, l’équipe de France possède un axe de jeune très intéressant autour des postes 2-8-9-10-11-15, avec Chat, Alldritt, Dupont, Ntamack, Penaud et dans une moindre mesure Ramos.

Trouver de nouveaux cadres

Jefferson Poirot, Virimi Vakatawa, Gaël Fickou, voici les noms qui ont émergé lors de la Coupe du Monde. Les trois sont des joueurs dans la force de l’âge, relativement expérimentés, et semblent tous indiqués pour guider cette nouvelle génération. Ils pourront aussi compter sur le réserviste François Cros ou sur le Toulonnais Charles Ollivon dont le leadership est un atout précieux.

La prise de pouvoir du nouveau staff

Même si la nomination de Fabien Galthié en tant qu’adjoint et l’installation du nouveau staff s’est faite avant la Coupe du Monde, on est bien curieux de savoir ce que l’ex-demi de mêlée des Bleus va pouvoir faire en quatre ans.
On peut déjà remarquer que ses adjoints sont nombreux et expérimentés, des profils comme Laurent Labit (l’ex-entraîneur du Racing) ou Shaun Edwars (responsable de la défense galloise jusqu’à la fin de cette coupe du monde) peuvent apporter une plus-value et permettre aux Bleus de passer un nouveau cap.
De plus, la présence de Thibault Giroud en temps que directeur de la performance (officieusement préparateur physique du groupe France) donne un avantage certain. En effet, la préparation commando concoctée par l’ex-sportif a été globalement une réussite, même si les Bleus ont parfois baissé le pied en seconde mi-temps. Si le XV de France arrive à nous reproduire des matchs avec l’intensité qu’ils ont mis face aux Gallois, le rugby français aura rattrapé une partie de son retard.

Rien n’est fait bien sûr, mais on peut légitimement croire à un bel avenir pour le XV de France.

Crédit Photo :Le Parisien
Mael Le Grouiec

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :