Cyclisme

Astana : le ciel est bleu

Grâce à une superbe campagne des Classiques de la part de Jakob Fuglsang, l’équipe Astana a réalisé la meilleure saison de son histoire en terme de victoires avec 37 succès. Néanmoins, tout ne fut pas rose pour la formation kazakh.

Un printemps radieux

Vainqueur du Tour d’Andalousie, 2ème des Strade Bianche, 3ème de Tirreno-Adriatico, 3ème de l’Amstel Gold Race, 2ème de la Flèche Wallonne et vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et du Critérium du Dauphiné. Voilà à quoi ressemble l’incroyable printemps de Jakob Fuglsang, l’homme fort de la formation d’Alexandre Vinokourov. Le principal rival de Julian Alaphilippe n’était pas forcément attendu sur ce terrain là et peut-être qu’à 34 ans, le Danois pourrait faire des Classiques son principal objectif à défaut de pouvoir briller sur les Grands Tours. En effet, le Danois n’a jamais su confirmer les attentes placées en lui sur les courses de 3 semaines, en témoigne son abandon sur le Tour de France. Sa 4ème place sur le Tour de Lombardie en fin de saison semble avoir confirmer son amour pour les courses d’un jour. Peut-être que la saison 2019 qui l’a vu remporter son premier Monument sera un déclic pour la fin de sa carrière ?

Jakob Fuglsang a remporté le premier Monument de sa carrière à 34 ans. Mieux vaut tard que jamais…
Crédit photo : AFP

Capable de gagner sur tous les terrains, Astana s’est aussi illustrée par l’intermédiaire de Ion Izagirre, vainqueur du Tour de Valence et du Tour du Pays Basque, ou encore de Luis Leon Sanchez auteur d’un début de saison intéressant. A l’inverse, Magnus Cort Nielsen n’a pas vraiment surfé sur ces dernières bonnes saisons. Avec « seulement » une victoire d’étape sur Paris-Nice, le Danois a réalisé, à 26 ans, l’une des pires saisons de sa carrière.

Les Grands Tours : la jeunesse se fait attendre

Est-ce que Miguel Angel Lopez remportera un jour un Grand Tour ? Il y a quelques temps, le vainqueur du Tour de l’Avenir 2014 était promis à en remporter au moins un mais la confirmation tarde à venir. Meilleur jeune du Giro et 7ème au général, le Colombien espérait sûrement faire mieux et n’a jamais semblé capable de jouer le podium. Puis, sur la Vuelta, « Superman » a semblé être mieux armé et fut même porteur du maillot rouge de leader durant deux étapes. Trop peu au vu de ses ambitions alors que la nouvelle génération incarnée par Tadej Pogacar (meilleur jeune de la Vuelta devant Lopez) pointe déjà le bout de son nez…

Astana en 2019, c’est :

  • 37 victoires
  • Un Jakob Fuglsang au sommet de son art. Ravi Jakob.
  • Une 5ème place au classement World Tour
  • Les Grands Tours comme marge de progression
Crédit photo : Astana Pro Team
Matthieu HEYMAN

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :