Cyclisme

Bahrain-Merida, une saison en deçà des espérances

Lancée en 2017, la formation Bahrain-Merida a connu une 3ème saison au niveau World Tour très mitigée, et surtout loin de la saison précédente qui laissait présager que l’équipe bahreïniene pouvait s’installer comme une valeur sûre parmi les grosses cylindrées.

Nibali, Teuns et les autres

Force est d’admettre qu’avec 12 victoires au niveau World Tour, peu de coureurs de la formation de Brent Copeland se sont illustrés. On notera la belle saison de Vincenzo Nibali, qui, malgré ses 34 ans, est capable de terminer 2ème du Giro, de remporter une étape sur le Tour de France ou encore de faire Top 10 sur Milan-San Remo. Néanmoins, Bahrain-Merida devra faire sans l’Italien la saison prochaine puisque ce dernier portera les couleurs de Trek-Segafredo.  De son côté, Dylan Teuns a réussi une saison à la hauteur des deux dernières. Le Belge de 27 ans a brillé aussi bien sur les Classiques (5ème sur l’Omloop, 14ème sur la Flèche Wallonne, 9ème sur Liège-Bastogne-Liège) que sur les courses par étapes comme le Tour de Valence et le Critérium du Dauphiné. Mais, Dylan Teuns a surtout brillé sur la Grande Boucle et la Vuelta. En effet, sa victoire au sommet de la Planche des Belles Filles a marqué les esprits, au contraire de sa magnifique Vuelta : 5 Top10 et une 12ème place au classement général. Propre.

Dylan Teuns vainqueur au sommet de la Planche des Belles Filles.
Crédit photo : Dico du sport

Et derrière ? Quelques bonnes performances de Matej Mohoric (5ème à San-Remo), une saison moyenne de Sonny Colbrelli, et des Pozzovivo et Garcia Cortina souvent placés. C’est bien trop peu pour prétendre jouer les premiers rôles à ce niveau. Mais le mercato pourrait faire de 2020 une saison bien plus aboutie.

Un recrutement impressionnant

Mark Cavendish, Mikel Landa, Wout Poels, Pello Bilbao, Erros Capecchi, pour ne citer qu’eux ! Alors, certes Mark Cavendish n’est plus le sprinteur qu’il était, Eros Cappechi a 33 ans, mais Mikel Landa et Wout Poels ont prouvé qu’ils étaient capables de jouer la gagne sur les Classiques et les Grands Tours. Même si le départ de Vincenzo Nibali risque de leur être préjudiciable, Bahrain-Merida dispose désormais de solides arguments. Si la mayonnaise prend, à coup sûr l’équipe fondée par Nasser ben Hamed Al Khalifa pourrait marquer les esprits en 2020. En tout cas on leur souhaite…

 

Bahrain-Merida en 2019 c’est :

  • 12 victoires
  • 2ème du Giro grâce à Vincenzo Nibali
  • 5ème de Milan-San-Remo grâce à Matej Mohoric
  • 2 étapes de montagne sur le Tour grâce à Teuns et Nibali
Crédits photos : Eurosport
Matthieu HEYMAN

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :