Football

Saint-Étienne accroché par Oleksandria

Après un bon début de match conclu par le but de Gabriel Silva (7e), les verts n’ont pas su se relever du c.s.c de ce dernier (14e). Néanmoins, le nul entre La Gantoise et Wolfburg (2-2) est un motif d’espoir en vue d’une potentielle qualification en 16ème de finale. 

Le résumé 

Claude Puel a décidé de tout changer ou presque par rapport au match face à Bordeaux le week end dernier : 7 changements sont à noter, avec notamment Perrin sur le banc. Huit mois après sa rupture du tendon d’achille, Gabriel Silva retrouve la compétition avec une place de titulaire.  Ce dernier n’a pas tardé à s’illustrer à la septième minute : après une superbe transversale de Youssouf pour Hamouma côté gauche, l’attaquant stéphanois contrôle puis repique dans l’axe pour servir Silva dans sa course qui vient tromper le portier ukrainien d’une puissante frappe croisée. Quel retour de la part du Brésilien !

 

La joie fut de courte durée pour le défenseur stéphanois : lancé dans la profondeur sur la gauche, l’ailier ukrainien Tretyakof déborde et adresse un centre à ras de terre au point de penalty pour Sitalo qui manque complètement sa reprise. Gabriel Silva, alors au marquage, reprend ce ballon de la jambe qui finit sa course dans la cage de Ruffier, impuissant (14e). C’est au tour de Debuchy et d’Aholou de tenter leur chance, sans danger pour le portier ukrainien (21e et 33e). Vient ensuite la première occasion pour Oleksandria : décalé côté gauche de la surface, Sitalo se défait de son marquage et adresse une passe en retrait dans les six mètres pour Kovalets qui frappe instantanément au but, Ruffier repousse des deux poings (35e). A la suite d’un dernier corner stéphanois repoussé par une tête ukrainienne, les 22 acteurs de cette rencontre rentrent aux vestiaires. Saint-Étienne, sans être flamboyant a dominé cette première mi-temps. Les Ukrainiens eux, profitent de la moindre opportunité à l’image de Valence hier contre Lille.

Auteur d’une entrée très dynamique, Ryad Boudebouz tente enfin sa chance aux 20 mètres mais ne trouve pas le cadre. La première grosse occasion de cette seconde période est à mettre au crédit des Ukrainiens : Luchkevich prend de vitesse ses défenseurs sur la droite, avant de décocher une puissante frappe, Ruffier battu, est suppléé par Saliba qui vient dégager le ballon in extrémis de la ligne de but (68e). La réaction stéphanoise ne se fait pas attendre : deux minutes plus tard, Debuchy centre au second poteau pour Abi qui saute plus haut que tout le monde et reprend le ballon d’une tête rageuse, Pankiv plonge et boxe le ballon (70e).

Les Verts ont poussé jusqu’à la fin, et se sont même offerts deux formidales occasions : Hamouma, seul dans les airs voit sa tête écraser le montant du portier ukrainien sur un magnifique service de Bouanga. (89e). Dans le temps réglementaire (90ème+5), c’est l’entrant Boudebouz qui s’illustre une dernière fois dans ce match avec une superbe frappe des 18 mètres qui oblige Pankiv à s’étendre de tout son long. Fin du match, les Verts peuvent nourrir des regrets au vue de leur nombreuses occasions, mais ont cependant manqué de précision dans le dernier geste pour espérer l’emporter ce soir.

Qu’en pense l’entraîneur de l’ASSE ?

Claude Puel (entraîneur de Saint-Etienne ) : « Il y a un peu de frustration, on peut être déçu de ne pas avoir su gérer le match comme nous l’aurions dû. Il y a eu un bon début, mais pas seulement le but inscrit. Il y avait de la fluidité, de bons déplacements, c’était intéressant mais nous nous sommes relâchés après l’ouverture du score. Nous avons joué moins simplement et nous nous sommes heurtés à une équipe bien organisée. La première période n’était pas de bonne facture. La seconde a été bien meilleure même si nous n’avons pas trouvé l’ouverture.

« Tout est encore possible dans ce groupe »

La qualité technique a été meilleure mais il y a une grosse marge de progression. C’est une déception d’avoir concédé un résultat nul à domicile mais on se doit de progresser pour espérer mieux dans la compétition. Tout est possible encore dans ce groupe de Ligue Europa. En Ukraine, il faudra être plus productif et qualitatif. Les bons résultats peuvent faciliter l’écoute et la compréhension mais si on veut continuer à envisager des résultats, il faut franchir des paliers. Nous avons peu de temps pour corriger les choses d’autant qu’il y a deux matches par semaine et peu d’entraînement. Par séquence c’est pas mal mais tout peut retomber très vite. »

Crédit photo : @ASSEofficiel
Adrien LEROUX

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :