Non classé

COUPE DU MONDE 2019 : quarts en vue pour le XV de France !

Que s’est-il passé lors de la phase de poule ? (Partie 3)

Le navire bleu a tangué mais n’a pas coulé dans cette poule C qualifiée à la quasi-unanimité de poule de la mort. En effet, si l’Angleterre n’a pas eu trop de problèmes pour atteindre les quarts de finale, sans disputer son dernier match face à la France à cause du typhon Hagibis, ce fut une toute autre paire de manches pour les bleus du duo Brunel-Galthié. Le XV de France a dû composer dans une poule où ils retrouvaient leur bête noire de toujours en Coupe du Monde les Pumas argentins, battus lors de la très difficile tournée d’automne 2018 sur le score de 28-13. À cela s’ajoute une équipe des Tonga qui avait battu l’équipe de Lièvremont lors de la phase de poule de la coupe du monde chez les néo-zélandais en 2011. Pour finir, une équipe des USA qui à défaut de faire des étincelles en rugby à XV, a pris beaucoup d’ampleur dans la discipline se jouant à VII. Voyons donc ça plus en détail.

Le parcours français, un chemin de traverse…

Les premiers adversaires des bleus dans cette coupe du monde furent les argentins, battus dans la douleur dans un match à la physionomie dichotomique. Ce genre de match semble être la marque de fabrique de ce XV de France. Il est vrai que si les bleus dominaient largement en première mi-temps (NDLR : 20-3 à la pause), mais il s’en est fallu de peu pour que les pumas, sur une pénalité positionnée sur la ligne des cinquante mètres et légèrement désaxée et manquée par l’arrière argentin alors que le score était de 23 à 21 en faveur de nos bleus, nous crucifie dans un match capital pour la qualification en quarts.

Lors du deuxième match face aux américains, les bleus ne se sont pas montrés très rassurants ne menant que de trois petits points (12-9) jusqu’à la soixante-septième minute pour finalement s’imposer sur le score  de 33 à 9. Enfin pour clôturer sa phase de poule la France s’est imposée dans un match au rythme haché face aux rugueux Tongiens sur le score de 23 à 21.

Comme énoncé précédemment la France n’a pas pu se mesurer aux anglais en raison des conditions météorologiques, un match qui aurait pu permettre au XV de France de prendre la température et de se situer par rapport aux très grandes nations de ce sport. De la même manière qu’elle aurait pu constater l’évolution de l’écart entre le XV de la rose et elle-même depuis la débâcle de Twickenham (44-8) à l’occasion du dernier tournoi des VI nations, en février dernier.

Il faudra donc montrer plus d’assurance contre les Gallois ce dimanche 20/10 à 9h15 (heure française) et régler les petits problèmes qui nuisent à la mise en place d’un jeu organisé et moins brouillon. On peut alors se demander si l’attitude du staff dans ses choix de joueurs alignés, sur ces trois matchs, ne sera pas préjudiciable aux bleus ? dont l’équipe type a très peu joué… En effet, l’équipe de France est une équipe en pleine reconstruction, qui aurait eu besoin d’engranger plus de confiance à l’approche de son quart de finale face à une équipe galloise très solide et face à laquelle la France ne compte qu’une victoire sur ces sept dernières années pour huit confrontations. En termes de satisfaction concernant l’effectif on peut évoquer nos nombreuses individualités tels que Antoine Dupont (22 ans, 19 sélection), Damian Penaud (23 ans, 15 sélection), Camille Chat (23 ans, 25 sélection) deuxième dans la hiérarchie des talonneurs derrière le capitaine Guirado et qui a fait parler ses talents d’explosivité. En tout cas cela nous accorde beaucoup de cordes à notre arc qui peuvent se révéler très efficaces lors de nos ballons d’attaques qu’il va falloir concrétiser face aux gallois.

Les autres « grosses » cylindrées de cette poule

Même si l’on parlait de poule de la mort, en ce qui concerne la poule C à l’annonce des groupes de cette coupe du monde, il ne fait aucun doute que l‘Angleterre a supplanté largement les deux autres grosses équipes annoncées pour la concurrencer. Elle ne fit pas dans la dentelle tout d’abord face aux Tongiens en s’imposant 35-3, puis ensuite 45-7 face à leurs cousins américains enfin 39-10 contre les Argentins rapidement réduit à quatorze suite à l’expulsion de Lavanini à la dix-huitième minute. L’Angleterre s’impose sans trop forcer dans cette poule C en remportant à chaque fois le point de bonus offensif. Elle confirme son statut de prétendante à la victoire finale, voulant certainement laver l’affront de la dernière édition où elle s’est faite éliminer chez elle en phase de poule. Depuis, sous l’égide du sélectionneur australien Eddie Jones, elle marche littéralement sur l’eau. L’ancien sélectionneur du Japon en a fait une équipe aux faiblesses « inexistantes ». L’une des grandes satisfactions de cette équipe jusqu’à présent, n’est autre que sa charnière composée du demi-de-mêlée Ben Youngs (30 ans, 89 sél.) et de l’ouvreur George Ford (26 ans, 58 sél.). Cependant, la véritable pièce maîtresse de cette équipe semble être le premier centre Owen Farell (28 ans, 74 sél.). Ces trois joueurs comptabilisent 40% des points marqués par leur équipe soit 49 points sur 119 au total.

L’épouvantail de ce groupe, l’Argentine s’est quant à elle rendue la tâche ardue en manquant, par l’intermédiaire de son arrière Emiliano Boffelli, la pénalité de la gagne, quoique difficile malgré tout, contre la France dans un match haletant. Cette équipe sous les ordres de Mario Ledesma et majoritairement composée de joueurs de l’effectif du club des Jaguares unique équipe évoluant dans le Super Rugby. Les argentins se sont quand même offert la possibilité de disputer sa place en quart face aux anglais. En effet, après s’être défait des Tonga 28-12 les Pumas ont disputé leur match de la dernière chance contre les anglais, malheureusement comme le décrit si bien la rose du Petit Prince dans le roman de Saint-Exupéry ses épines la protégeront des griffes des tigres. Elle ne croyait pas si bien dire étant  donné que le XV de la Rose a eu raison des tigres ou plutôt des pumas argentins. La grinta argentine n’aura pas suffi à empêcher une lourde défaite 39-10. L’argentine paye peut-être la fatigue de son effectif, provenant quasiment exclusivement de l’équipe des Jaguares, accumulée au cours de la longue saison du Super Rugby au bout de laquelle ils ont réussi à se hisser jusqu’en finale.

Les Etats-Unis et les Tonga (toujours) pas invités…

Zéro pointé pour les Etats-Unis qui repartent du Japon sans aucun point après leur défaite, lors du match pour l’honneur, contre les Tonga perdu sur le score de 31 à 19. Cette équipe, qui appartient au second rang de la scène internationale de l’ovalie, n’a pas vraiment montré qu’elle pouvait combler son retard sur des nations aux niveaux plus relevés. Bien qu’elle soit arrivée au Japon avec des joueurs très athlétiques, elle n’a pas semblé en mesure d’inquiéter une seule fois les « trois grandes » nations de cette poule. Le score serré jusqu’à dix minutes de la fin contre les Français serait plutôt dû à la maladresse des bleus et de leur animation offensive défaillante jusqu’à l’entrée en jeu de Baptiste Serin. À voir ce que cette équipe pourra nous proposer en France dans quatre ans, si elle réussit à se qualifier…

Quant au Tonga, ils restent fidèles à un style de jeu semblable à celui des Fidji et des Samoa axé sur le défi physique qui manque d’options offensives et est probablement aussi dû à la faible importance de son foyer de population qui fait qu’elle ne risque pas de devenir un jour une grande nation de ce sport… Par comparaison les Tonga c’est environ cent mille habitants alors que les Etats-Unis s’approche plus autour de trois-cent-trente millions d’habitants. Malgré tout, les Tonga repartent sur une bonne note en venant à bout d’une faible équipe américaine, nous les reverrons très certainement dans quatre ans en France.

Classement final

  1. Angleterre (3 v.,1 n.,0 d.), 17 pts. (Q)
  2. France (3 v.,1 n.,0 d.), 15 pts. (Q)
  3. Argentine (2 v.,0 n.,2 d.), 11 pts.
  4. Tonga (1 v.,0 n.,3 d.), 6 pts.
  5. Etats-Unis (0 v.,0 n.,4 d.), 0 pts.

Les matchs importants

  • France/Argentine : 23-21
  • Angleterre/Argentine : 39-10
  • France/Tonga : 23-21
Crédit photo : radio.canada-ca/radio-canada
Louis Mathieu

(2 commentaires)

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :