Non classé

Coupe du Monde 2019 : la consécration nippone !

Que s’est-il passé lors de la phase de poule ? (Partie 1)

À la veille des quarts de finale, les équipes qualifiées suite à la première partie de cette coupe du monde nippone se préparent, en tout bien tout honneur, à disputer des matchs aux enjeux démesurés. Plongeons-nous dans cette compétition entachée par des soucis météorologiques, qui n’ont pas semblé inquiéter World Rugby organisateur de cette édition au pays du Soleil Levant, une fois passé ces aspérités climatiques, intéressons-nous aux résultats de cette passionnante phase de poule.

Poule A, poule aux œufs d’or

Poule du pays hôte, elle a vu s’affronter cinq équipes, dont trois parmi elles pouvaient prétendre à une place en quart de finale. Il s’agit de l’Irlande, des Ecossais et des inénarrables japonais appelés également « Brave Blossoms » ou encore « Cherry Blossoms », véritable attraction de ce mondial où ils évoluent à domicile.

Russie et Samoa, les vilains petits canards

Derrière ce trio de tête, il reste une Russie combative, à l’image de son arrière Vasily Artemeiv qui tenta tant bien que mal de prendre à son compte l’animation offensive des lignes arrières. Malheureusement, il fut trop esseulé dans cette équipe trop pauvre techniquement, quoique combative en dépit de ses lacunes tactiques, pour esquisser ne serait-ce qu’une ébauche d’un projet dont l’objectif serait d’intégrer la deuxième phase de la compétition.

Autre équipe qui n’a pas pu rivaliser avec les trois de devant, ce sont les Samoans. Originaires du Pacifique, les joueurs samoans n’ont pas pu rivaliser aves les autres équipes de l’hémisphère Nord sauf contre la Russie, leur unique victoire dans cette poule A par ailleurs… Leur jeu fut trop stéréotypé sur le défi physique, caractéristique des équipes des îles du Pacifique, et manqua d’une palette technique exhaustive. Cela s’illustra notamment dans le jeu d’occupation au pied. Cependant c’est un pays appartenant à la sphère de l’ovalie qui en font une équipe capable de fulgurances, mais qui malheureusement ne peut concurrencer des nations historiques comme le sont l’Ecosse ou l’Irlande ou encore des nations émergentes telles que le Japon.

Un triangle isocèle dont la base serait l’Ecosse

Justement, ce sont les nippons qui s’imposent dans cette poule à la surprise générale en ajoutant à son tableau de chasse des grandes nations l’Irlande. Le Japon brille par sa fluidité, son collectif et son jeu décomplexé. Elle possède une armada offensive très incisive à l’image de sa paire d’ailiers, Matsushima et Fukuoka, ce dernier auteur d’un triplé contre l’Ecosse. Elle confirme donc sa grande forme en battant, dans un époustouflant et officieux « huitième de finale », les vaillants écossais qui malheureusement n’ont pas existé face aux pragmatiques irlandais.

Une Ecosse qui paie sûrement un effectif trop peu fourni et son match manqué face au XV du trèfle. Malgré des joueurs de renoms comme Finn Russel (27 ans, 46 sélections) ou encore Stuart Hogg (27 ans, 71 sélections) véritables tauliers de cette équipe, qui aura perdu un élément clef en troisième ligne au cours de la compétition en la personne d’Hamish Watson, l’Ecosse n’eut pas ce brin de folie qui aurait pu la qualifier dans cette poule très relevée

Quant au pays de la Guiness, il montre que bien qu’il ne rayonne plus autant qu’il put l’avoir fait, il reste tout de même un adversaire d’une efficacité froide. Bien que son artificier de toujours, qui n’est autre que Jonathan Sexton, semble avoir une jambe dans la boîte à gant son pack reste redoutable dans le combat à l’image de l’expérimenté talonneur et capitaine de cette équipe Rory Best (37 ans, 122 sél.). Elle montre qu’elle est une équipe rodée et toujours de très haut niveau.

Classement final

  1. Japon (4 v.,0 n.,0 d.), 19 pts. (Q)
  2. Irlande (3 v.,0 n.,1 d.), 16 pts. (Q)
  3. Ecosse (2 v.,0 n.,2 d.), 11 pts.
  4. Samoa (1 v.,0 n.,3 d.), 5 pts.
  5. Russie (0 v.,0 n.,4 d.), 0 pts

Les matchs importants 

  • Irlande/Ecosse : 27-3
  • Japon/Irlande : 19-12
  • Japon/Ecosse : 28-21
Crédit photo : L’Equipe
Louis Mathieu

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :